Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
1 octobre 2011 6 01 /10 /octobre /2011 15:26

Nos pans de toiture sont rampants. Pour atteindre un bon niveau d'isolation, on utilise 30 cm de la laine de roche.CIMG0866 Les couches sont croisées, elles se terminent avec un pare vapeur et du placo.

CIMG0868

 

 

 

 

 

 

 

On distingue le pare vapeur à la sortie du placo.

CIMG0996.JPG

L'électricien est venu préparer des plafonniers, en prenant de grandes précautions pour ne pas abimer le pare vapeur.

 

Les murs sont isolés, également avec de la laine de roche (12 cm) et du papier kraft collé. Les plaques sont jointées avec un adhésif large.

Afin de conserver une certaine inertie au mur, on rajoute des briques platrières de 5 cm.CIMG1016.JPG

On arrive donc à ras des fenêtres

 

En même temps, le platrier nous a monté les murets en haut de l'escalier et au fond, on voit le muret de séparation entre le lavabo et la douche dans la future salle de bain des enfants.

CIMG1017.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Les murs sont platrés et les garçons sont heureux. 

 

CIMG1035.JPG

Repost 0
22 juillet 2011 5 22 /07 /juillet /2011 18:53

Fin juin, les appuis de fenêtres sont livrés.

Nous sommes un peu déçu par la couleur qu'on souhaitait plus foncé et par le grammage grossier. Mais c'était les seuls en très grande longueur (2,5 m) en couleur grise.

CIMG0744.JPG

Les étapes de pose sont :

1- la découpe des briques de chaque coté et là des fois c'est difficile d'obtenir les 8 cm préconisés par le fabricant, car pour certaines fenêtres, les poteaux ne sont pas loin ...

 

 

CIMG0745.JPG

 

 

 

 

 2- Installation des planches de coffrage. A l'interieur pose de la CIMG0746planche en vue obtenir l'allège à la hauteur souhaitée tout en laissant 1,5 cm de mortier. Coté extérieur, suivant la forme du seuil ( plat ou pas), il faut en tenir compte pour placer la planche.

La mise en place des serre-joints doit être réfléchie pour permettre le passage des appuis

 

 

3- Avant le dépot du mortier, on pose le grillage en PVC, et là où la hauteur de mortier est importante, on place une bande de 5 cm de large et 1,5 cm de haut de polystyrène pour éviter les ponts thermique trop important. Le mortier est placé, légèrement bombé. On place alors l'appui de fenêtre. Attention c'est super lourd (48 kg pour 2,2 m)

CIMG0748.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

4- On comble les cotés avec du mortier 2 jours après.

 

 

Mais tout n'est pas aussi simple, les appuis vendus ne sont pas sur mesure, il faut donc les couper. De plus notre grande baie vitrée de l'étage doit être munie d'appui sans rebord, la aussi il faut couper. Et là surprise, c'est assez simple, rien ne s'est cassé

 

CIMG0768.JPG

 

5- les joints sont réalisés avec du mortier auquel on ajoute un équivalent de sykalatex. Il permet une certaine souplesse et une bonne adhérence lors du comblement des joints : c'est bien pratique quand on comble la partie au bord extérieur qui est dans le vide.

Il restera à poser un joint en élastomère qui apporte l'imperméabilité.

 

 

CIMG0769

 

CIMG0766

 

 

 

 

 

 

Repost 0
18 avril 2011 1 18 /04 /avril /2011 23:11

17 avril 2011

 

1er pignon terminé, ça a de la gueule quand même !!!

On a récupérer de la terre végétale, elle nous servira a combler la hauteur de vide sanitaire.CIMG0560.JPG

Il nous manque quelques briques poteau pour finaliser le second pignon. Puis nous attaquerons à la face nord, qu'on avait laissé de coté.

CIMG0562.JPG

CIMG0544.JPG

Ce sera sûrement l'occasion de refaire un pic-nique sur le chantier : les enfants adorent.

 

 

 

 

 

Dimanche 1er mai : Face nord terminée 

CIMG0591.JPG

 

Repost 0
7 mars 2011 1 07 /03 /mars /2011 19:45

7 mars

Boulots respectifs obligent, on bosse sur le chantier tous les week-end. On est content, ça avance bien.

  CIMG0513

On a poser sur lit de mortier les 1/2 coffret volet roulant (CVR). On maîtrise bien la technique maintenant (et vaut mieux quand on est à 5 m de haut, qu'on est que 2 avec des CVR de 2,60 m) :

- on positionne des serre-joints pour éviter le basculement (coté extérieur),

- on note la hauteur finale du 1/2 CVR,

- on met en place 2 petits étais,

- on met en place le filet (pour éviter que le béton ne s'engoufre dans les trous des briques),

- on dépose le mortier (de texture assez dur),

- on pose le 1/2 CVR sur les étais

- on bloque légèrement le 1/2 CVR avec les serres joints (des 2 cotés ext et intérieur),

- puis on descend doucement les étais

- il reste alors juste à gerer l'inclinaison, mais c'est du gâteau !!

 

 

On arrive au dernier rang, on colle les linteaux. Petit arrangement, l'archi avait noté 2,31 m pour l'arase sous chevron, se sera 2,34 m, trop pénible de découper toutes les briques linteaux !!

Petit tour d'horizon de l'étage :

Il reste à terminer la pose des dernières briques linteaux, puis on coule le béton.
Repost 0
17 février 2011 4 17 /02 /février /2011 21:36

19 janvier 2011, on démarre l'étage.

 

Les briques à l'étage se montent assez bien. C'est quasiment un rectangle. On a reprit les mêmes étapes qu'au RDC, mise en place de mortier avec les platines d'arases et laser. Puis collage des briques au mortier colle. Après un démarrage dans le grand froid, la météo est sympa, les journées rallongent, la vue est agéable, on avance vite : tout va bien CIMG0497.JPG

Repost 0
18 janvier 2011 2 18 /01 /janvier /2011 16:59

CIMG0474.JPGLe lendemain après le coulage de la chape, on est revenu coffrer et couler le reste de la poutre en remontée. On distingue bien le poteau en IPN à droite (son interêt est son emplacement réduit).

 

 

 CIMG0477

 

 

 

 

 

 Quelques semaines plus tard, les palettes de briques sont montées, à l'aide d'un tracteur et beaucoup d'huile de coude, sur la chape. Pour plus de sécurité, on laisse les étais en place.

 

On poursuit de monter tranquillement les briques dans la cuisine et dans le garage.

 

Les 1/2 coffres à volets roulants sont placés. On s'est aidé d'étais pour pouvoir les mettre en place doucement.

 

 Puis, on poursuit avec des linteaux. On en profite pour couler les poteaux et faire le chainage des 2 parties basses.

 CIMG0479.JPG

 

 

 15 janvier : bel après-midi pour tout le monde. Les enfants s'amusent pendant qu'on s'active. On prépare le béton, et on le porte dans des seaux jusque dans les linteaux. C'est méga lourd !

 

 

CIMG0481.JPG

  

 

 

 

Voilà c'est fini en 3 h.

 

Petit hic. On vient de discuter avec le charpentier, il nous dit qu'on aurait dû couler les linteaux au rang suivant : ça aurait éviter de couler une arase en plus pour sceller la charpente....

Promis on fera attention à l'étage !!!

 

Vu qu'on est faible en échaffaudage, on fait des piliers à base de briques poteaux (c'est moins lourd) et on utilise les palettes centrale comme escalier. Or, on commence à manquer de ces fameuses briques poteaux à l'étage et il faudrait monter les échaffaudages rapidement à l'étage.CIMG0500.JPG

 

 

On monte alors les murs à la bonne cote tout en prévoyant une arase de 7 cm sur les faitièresCIMG0501.JPG. Sur les pignons, on ajoute 5 cm .

Avec cette hauteur de mur dans le garage, on aura tout le loisir de créer une mezzanine pour ranger des affaires en hauteur.

Repost 0
21 octobre 2010 4 21 /10 /octobre /2010 21:22

Oct 2010, nous amorçons la mise en place du plancher intermédiaire.

Pour nous assurer la solidité de l'ouvrage lors du coulage du béton et nous faciliter le travail, nous avons opter pour des équerres d'about de plancher.CIMG0349.JPG

Avantages : 1- sa forme d'equerre , les poutrelles sont posées dessus, donc elles ne pourront pas céder lors du coulage du béton.

2- elles bouchent les trous verticaux des briques

3- elles élèvent la hauteur sous plafond de 7,5 cm

4- elles possèdent une resistance thermique de R=0,.26

Inconvénients : 1- elles sont irrégulières

2- la resistance thermique est entammée lorsqu'au niveau des poteaux, on est obligé de casser la cloison interne

 

 

Pour le mur de refend, on rattrape les 7.5 cm en réalisant des découpes d'equerre d'about de plancher

CIMG0378.JPG CIMG0379.JPG

30 oct : nous posons la 1er poutrelle dans le coin parental. Pas évident, même en utilisant le tracteur avec la fourche, les murs sont hauts mais bon, on y arrive.

Les poutrelles sont placées selon le plan de pose des Planchers Fabre : RAS. 

 

Nous avons fait le choix de prendre des poutrelles avec la sous face en brique. De part et d'autre des entrevous en terre cuite, l'ensemble permet d'obtenir un plafond homogène qui sera platré.

 

 

Nous étayons, selon les préconisations. Là, on n'est pas au point sur la technique à employer. Il va falloir que je fasse des recherches sur le net pour la prochaine pièce.

CIMG0381.JPG

 

 

Pour limiter le pont thermique au niveau du plancher, nous ajoutons des isorupteurs partiels Knauf longitudinaux et transversaux. Ils ne sont que partiels mais permettent d'atteindre, avec l'équerre d'about de plancher un psi = 0,34 soit l'équivalent d'un R= 2,94 [rappel R (brique+isolant) = 5 ].

Ca limitera tous les problèmes de zones froides et voir de condensation / moisissures (déjà vu dans notre précédente maison). Leur mise en place est ultra simple et leur coût modique : environ 220 € pour 130 ml.

La pose des entrevous est rapide. Le ciel au dessus de nos têtes s'assombrit rapidement, YES !

 

  Nous nous attaquons à la partie centrale du plancher intermédiaire. Pour éviter de voir des poutres descendre du plafond, nous avons fait réaliser une étude pour réaliser des poutres coulées dans le plancher. Il faut donc dans un premier temps préparer les supports. Le poteau IPN est placé et fixer par scellement chimique.

CIMG0386.JPGCIMG0387.JPG 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Et pour modérer notre enthousiasme de la 1ère partie du plancher le détail qui tue, les ferrailles ! Eh oui, cousin François est venu nous donner un coup de main et son oeil expert a de suite detecté cette faille. Nous avons du placer les ferrailles 3 x HA 8 (en épingle) en premier puis placer les poutrelles. Et là nous avons constater que nous allions beaucoup moins vite pour placer nos poutrelles. En effet la place laissée par certaines poutrelles et leurs moustaches peut être trop réduite. Elles ne permet d'inserer la ferraille ou de mettre face à face 2 poutrelles. Alors il faut couper l'extrémité en béton des poutrelles et/ ou couper les ferrailles (mais juste un peu).

 

Mis à part ce petit problème de longueur sur certaines poutrelles ou leurs moustaches, les produits issus des Planchers Fabre est tip top. Les extrémités non fissurées et parfaitement rectilignes. Concernant les Entrevous Imerys, RAS. peu de casse.

 

La pose se prolonge :CIMG0394.JPG

 CIMG0397.JPGSous les poutres coulées, on insère des chutes de brique pour conserver la sous face en brique. C'est le platrier qui devrait être content !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

CIMG0402.JPG Les découpes et les réservations sont réalisées (chute du linge de l'étage, gaines VMC, évacuations eaux sales). Les coffrages sont en places.

 

La toupie avec pompe vient nous approvisionner.

Il nous reste plus qu'a lisser. Pour nous facilité la tache nous avons pris un béton avec du superplastifiant. Et vu le gel annoncé pour la nuit, nous avons fait rajouter un accélérateur de prise. Début de l'opération à 14h , fin à 16 h. Tout c'est bien déroulé pas de casse dans les entrevous ni les équerres d'about de plancher.

 CIMG0426.JPG CIMG0423.JPG

 Le lendemain, coffrage d'une poutre en remontée.

Repost 0
5 juillet 2010 1 05 /07 /juillet /2010 11:36

Nous voici début juillet, et les travaux avancent par à-coup, en fonction de nos disponibilités.

La mise en oeuvre des briques PV4G, poteau et tableau se fait aisément mais lourdement.

La pose est simple, mais les découpes plus aléatoire.

 

La pose correspond bien aux films et conseils recueillis. Nous fonctionnons par fournée de 3 kg de colle joint mince et 1-1,3 l d'eau, ce qui nous permet de coller 15 briques soit 2.3 m² par scéance. En ce moment on prévilégie les scéances du soir (19 h - 21h30), c'est idéal la colle ne sèche pas trop vite et nous on ne cuit pas non plus ...

 

La PV4G possède de nombreuses cloisons internes de longueurs différentes et lors des découpes, il est fréquent que ces cloisons se cassent, d'où des découpes pas très propres.

CIMG0296.JPG

 

 

 

 Il faut alors combler avec de la colle/joint mince.

Entre les briques découpées ou non, les passages d'air parasites, voir de pluie sur les cotés plein Nord sont fréquents. Mise à par le mauvais niveau de perméabilité à l'air, ça entrainerait une dégradation de l'isolation avant la pose de l'enduit. Nous avons pris l'option d'encoller les briques à la verticale (comme les précaunisations en région sismique). Oui c'est un peu de la surqualité mais ça prend peu de temps et de colle.

 

   

Les poteaux ne sont pas retctifiés souvent plus petits que les briques et de forme concave avec un angle exterieur prononcé.

 

Les tableaux sont parfaits.

 

 Photos de la face Nord et appui sur la fenêtre du bureau (6ème rang de briques)

 

CIMG0039.JPG

  CIMG0040.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Début septembre, les travaux avancent bien depuis 3 semaines :

CIMG0299Les murs coté nord sont montés jusqu'au 10ème rang (dernier rang avant le plancher intermédiaire). Heureusement que nous avons de la main d'oeuvre qualifiée....CIMG0301.JPG

CIMG0304.JPG

  CIMG0302.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  Certains poteaux sont féraillés et coulés. On est plus rassuré, parce qu'en cas de fort coup de vent, tout pouvait s'écrouler.

    

CIMG0306.JPG

 

On s'attaque maintenant  à la pose des 1/2 coffrets roulants.

 

Leur pose n'est pas si évidente dans notre cas, car la présence de poteau, qui apportent de la solidité aux fenêtres, nous gènent dans la pose des 1/2 coffrets roulants.

Vue de haut :

CIMG0309.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous sommes obligés de couper le poteau, la ferraille 10x10 Tor de 6 passe mais c'est très juste. Le coulage du béton sera difficile ....

 

 

 

Nouvelle étape : la pose, ferraillage et coulage  des linteaux.

 

Les unités de base de linteau mesurent 57 cm, pas réctifiés, ils ne jointent pas bien, pas rectiligne .... Dans l'optique de préserver la perméabilité à l'air; garder un coef d'isolation convenable et une facilité de mise en oeuvre nous avons opter pour les maxi-linteaux (Monolithe de chez Terreal). Ils existent jusqu'à 2,80 m de long. Leurs produits sont bien sûr plus chers au mêtre linéaire mais irréprochables.

  

CIMG0322-copie-1.JPG

CIMG0327.JPG

La pose se fait sur lit de mortier et pour bien jointer avec les coffrets volet roulant nous avons déposer deux boudins de colle joint mince sur toute la longueur de ces derniers.

 

 

 

 

 

 

Le ferraillage s'effectue avec du 3 x 8. Pour réaliser la jonction avec les poteaux accollés, Nous ajoutons des barres HA 10 de 1 m pliées à angle droit.

 

 

 

 

 

 

   CIMG0324.JPG

 

 

Quelques angles sont difficiles à mettre en oeuvre mais Francis fait des miracles avec la scie aligator. Admirez ce poteau décloisonné...

 

 

 

 

Le coulage du béton est réalisé avec les moyens du bord : Bétonnière attelée au tracteur, puis CIMG0338on verse le béton dans un godet que l'on amène au plus près des linteaux et poteaux.

 

   Ok là Francis, joue à l'équilibriste perché à 2.7 m du sol ...pas top du point de vue de la sécurité ....

  CIMG0340.JPG

 

 

 

 

 

 

Et voilà c'est coulé.

 

 

   CIMG0348.JPG

 

 

Vu que nous avons des fenêtres avec coffret volet roulant et que le plancher intermédiaire ne se positionne pas juste au dessus, il a fallut réaliser un linteau. Jusque là facile. Pour rattraper le niveau du 10ème rang, il faut donc placer des briques de calepinage. Sauf qu'avec nos dimensions non standards, il n'existe pas cet hauteur de brique et c'est à nous de les réaliser. Là ça se complique un peu. Il faut réussir à scier la brique sur toute la longueur de façon régulière pour éviter les trous d'air (Il a fallu composer avec une scie circulaire et la scie alligator).  Puis on colle et on colmate les trous.

 CIMG0347.JPG

 

 

Pour supporter le plancher intermédiaire, des poteaux en bloc de coffrage sont montés.

Ils soutiendront les poutrelles et de part et d'autre des poutres coulées dans le plancher. Ces dernières nous permettront de ne pas voir les poutres sortant du plafond. Elles ont fait l'objet d'une étude par un bureau d'étude spécialisé.

CIMG0354

Repost 0
15 mai 2010 6 15 /05 /mai /2010 21:56

Week-end de l'ascension. Ca y est, on démarre le premier rang de brique.

Pour mettre tous les atouts de notre coté, en plus de visonnage des films sur les sites de fabricant, on est allé se former 1/2 journée sur le site Imerys à Colomier.

 

1ère étape : Mise en place d'une bande d'arase en polyéthylène. Elle permet l'étanchéité et évite les rémontées d'humidité. Imerys précaunisait l'ajout d'un hydrophobe dans le mortier. Cepandant, le mortier peut se fissurer et l'humidité peut alors remontée.

IMG_0202.JPG

Le niveau le plus haut sur le plancher est repéré à l'aide du laser. On peut alors commencer.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

IMG_0203.JPG

 

Les platines d'arase (pour les non initiés les outils de précision qui permettent d'obtenir le niveau présents en haut de la photo ci-contre), sont mises de niveau à l'aide d'un laser.

 

Le mortier est étalé consciencieusement entre les arases de platine. Sa consistance doit être suffisament dure pour tenir sur l'épaisseur mais pas trop pour pouvoir ajuster la brique sans taper comme une brute et casser la brique.....Donc, en fonction de climat, l'ajout d'eau doit se faire avec parcimonie.

 

Puis on utilise une règle pour mettre à niveau le mortier entre les 2 arases.IMG_0205.JPG

 

 

 

 

 

 

 

Avant de poser les briques, on les trempe.

 

 

 IMG_0207.JPG

 

 

 

 

 

 

Les niveaux est alors vérifié dans tous les sens. Il reste à enlever le mortier en surplus et lisser.

 

 

 

 

 

 

 

 

IMG_0209.JPG

 

Bilan à la fin d'une 1/2 journée : on est pas vraiment au point. mais le coté positif, c'est qu'on a une bonne marge de progression .... :))

 

Sur la photo ci-contre, la porte d'entrée est visible.

 

IMG_0212.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Bilan de la deuxième 1/2 journée (hé oui il a fallu composer avec la pluie) : on s'améliore, mais c'est pas encore ça.

 

 

 

 

 IMG_0214-copie-1.JPG

 

Quelques bémols sur la mise en oeuvre : les découpes. Malgré l'utilisation d'une scie Alligator, la précision n'est pas tout à fait au rendez-vous. De plus si la découpe tombe sur une cloison, on est obligé de l'éviter et alors on agrandit les espaces vides.  Lors des découpes, les cloisons intérieures sont fragiles et cassent facilement.

 

Pour limiter ces passages d'air, on insère du mortier. Puis on comblera avec de la mousse de polyurethane.

 

 

 

 

 

  IMG 0215

 

 

 

 

 

 

 Troisième journée (complète), on contourne la cuisine.

 

 

 

IMG_0217.JPG

 

 

 

 

 

Quatrième journée (complète), le garage est cerné.

 

IMG_0219.JPG

 

 

 

 

Cinquième journée (complète), les murs intérieurs sont en places. Le 1er rang est fini !!!

 

 

 

 

Le chantier est mis en attente (travaux dans les champs obligent).

Repost 0

Présentation

  • : Le blog de Valou31
  • Le blog de Valou31
  • : Autoconstructeur d'une maison contemporaire BBC dans le nord de Toulouse, suivez l'avancement de nos travaux.
  • Contact

Catégories